Les formations de l’Ecole de Santé des Armées ESA

Les médecins et pharmaciens de l’armée peuvent faire partie de l’armée de terre, de l’armée de l’air, de la marine et de la gendarmerie.

Les praticiens et pharmaciens sont alors affectés à l’un des trois grands domaines que sont la médecine des forces, la médecine hospitalières ou la recherche.

La médecine des forces

Le médecin des forces est un médecin généraliste. Il suit le militaire des forces armées tout au long de sa carrière pour notamment les contrôles de routines que peuvent être les rappels des vaccins ou les contrôles psychologiques.

Il est généralement déployé au plus prés des théâtres de combats, sur le terrain donc. Il peut ainsi garantir la meilleure qualité de soins et les meilleures chances de survie/récupération en cas de blessure.

Il peut alors être investie de mission en montagne comme à bord d’un navire de guerre ou en base aérienne.

Médecin hospitalier

Les médecins hospitaliers sont promus dans l’un des 8 établissements militaires hospitaliers que sont : Percy et Bégin en Ile de France, Desgenettes à Lyon, Robert-Piqué à Bordeaux, Clermont-Tonnerre à Brest, Legouest à Mets, Sainte-Anne à Toulon et Laveran à Marseille. Malgré la labélisation militaire des établissements, sa patientèle est essentiellement civile (70%). Les établissements hospitaliers militaires font part entière de la santé publique et sont donc ouvert à tous les assurés sociaux.

Le praticien hospitalier est déployé sur les théâtres d’opérations, dans les bases hospitalières sur terre ou en mer. Il pratique les gestes médicaux d’urgence pour limiter les séquelles et stabiliser les blessés avant leur évacuation.

Pharmaciens militaires

Les pharmaciens militaires peuvent avoir plusieurs emplois que sont la pharmacie hospitalière, le ravitaillement sanitaire, la biologie clinique, la recherche et la toxicologie environnementale.

La formation spécifique médico-militaire

Tout au long de leur formation, le futur personnel de l’école de santé des armées ESA, médecins et pharmaciens, suit son homologue civil sauf quand il s’agit de suivre la formation militaire pure qui fait une des spécificités de l’ESA. Quelques 1800 heures de formation supplémentaire réparties tout au long du cursus du futur médecin ou pharmacien militaire. Sont au programme leur formation militaire initiale jusqu’à leur formation militaire spécialisée, le sauvetage au combat, le brevet de parachutiste etc … Cela dans le but de parfaire leur vision opérationnelle du métier de praticien des armées.

Nos préparations au concours ESA